top of page
Rechercher

L’approche orientée solution, où l’art de ne pas appuyer là où ça fait mal !


(Petite histoire vécue)



EN QUÉBÉCOIS

Mettre le doigt sur le bobo

SIGNIFIE :

Identifier correctement un problème. Ce problème peut être technique, psychologique, médical, etc.


 


Cela fait quelques semaines que je souffre d’un mal lancinant au niveau de mon épaule gauche et pour soulager cette douleur, j’ai essayé de trouver des solutions.





Tout d’abord, j’ai demandé à mes proches des massages pour me soulager.


Ils ont tous mis “le doigt sur le bobo”, dans le sens où ils ont tous massé et appuyé à des endroits où ma douleur se manifestait. À tel point qu’il m’arrivait de leur dire : “oh oui, continue, c’est exactement là.“


Et pourtant mon mal à l’épaule s’est amplifié !



J’ai consulté une première ostéopathe qui a parfaitement identifié mon problème et qui en a même trouvé d’autres plus profonds. Elle m’a manipulé pendant 1h30 en faisant régulièrement craquer mon dos et je me suis dit que pour guérir il fallait sans doute souffrir.


Appuyer là ou ça fait mal, n’est-ce pas la seule manière de se soigner ?







J’ai attendu quelques semaines mais mes douleurs sont restées et même déplacées !







J’ai donc parlé de mon problème à mon ami psychologue qui s’est montré très intéressé et à l’écoute de mes souffrances. Il a fait des hypothèses et a tenté de m’expliquer les causes de mon problème avec ses mots à lui.

Je l’ai très attentivement écouté et j’ai cru comprendre d'où ce mal venait.



J’ai laissé passé du temps, j’y ai beaucoup pensé et pourtant rien n’a changé.



J’ai vu une autre ostéopathe qui m’a gentiment pris entre 2 rendez-vous. Elle m’a d’abord examiné pour localiser mes douleurs (d’autres parleraient de diagnostic) et m’expliquer quelle région était touchée.

Elle m’a proposé de me panser l’épaule avec un effet immédiat, un vrai soulagement.


Le pansement s’est détaché après 3 jours. Mes douleurs sont revenues et se sont à nouveau intensifiées.





Enfin, j’ai imaginé rencontrer un thérapeute orienté solutions et j’ai pensé à la conversation que nous aurions pu avoir…


Thérapeute : “Quels changements souhaites-tu voir se produire à l’issue de notre séance ?"


Moi: “Ne plus avoir mal à mon épaule ! “


Thérapeute : “Quelle différence cela ferait-il pour toi de ne plus avoir mal ?”


Moi : “Je serais plus détendu et mon esprit serait moins focalisé sur ma douleur.”


Thérapeute: “Imagine que tu sois plus détendu avec ton esprit qui n’est plus focalisé sur cette douleur, quelle différence cela ferait-il pour toi ?”


Moi: “Je pourrais me sentir pleinement installé dans ma vie au Québec, profitez pleinement des belles opportunités qui arriveraient. “


Thérapeute: “Quelle différence cela ferait pour toi ?”


Moi: “Je me sentirais chez moi. “


Thérapeute : “Imagine que tu te réveilles demain matin, tu te sens complètement chez toi. Quelle est la première chose que tu remarques dans ta journée ?”


Moi : “Je suis à Montréal, je sors de la maison bien couvert. J’apprécie le froid de l’hiver, je suis détendu.”


Thérapeute : “A quoi sais-tu que tu es détendu ?”


Moi : “A ma respiration, je suis calme. Je sens le froid autour de moi mais pas à l'intérieur de moi.”


Thérapeute : “Quelle différence cela fait-il ?”


Moi: “Je suis moins crispé, j’ai une posture plus affirmée.”


Thérapeute: ‘’Quel sera le prochain signe qui te fera dire que tu es dans cette journée où tu te sens chez toi ?’’


Puis, j’ai continué à décrire cette journée avec toujours plus de détails comme si je la vivais pour vrai… Et la séance s’est terminée.


Les jours qui ont suivi, j’ai repris la méditation, j'ai acheté des habits plus chauds, j’ai pris des décisions importantes dans ma vie… Et allez savoir pourquoi, mais jours après jours mes douleurs se sont atténuées pour finalement complètement disparaître.





Ainsi va la thérapie brève orientée solutions, ne pas mettre “le doigt sur le bobo” pour éviter de créer un phénomène d’amplification. Ce qu’une jeune cliente un jour a nommé très brillamment “Une spirale négative”.


En TBOS, nous préférons pointer du doigt “le futur espéré” et permettre à la personne de se mettre en action par elle-même avec ses propres ressources.




Cela explique la brièveté de notre approche et ses résultats concrets dans la vie des personnes accompagnées.



En savoir plus sur la thérapie brève orientée solutions cliquez ici :







bottom of page